Passer directement au contenu Passer directement à la recherche

« Soyons fiers de la modernité de nos modèles d’organisations »

Partager cet article Linkedin Twitter Facebook Mail
Nicolas Grivel

Nicolas Grivel
Directeur Général de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales,
Président du COMEX de l’Ucanss

Arrivé à la Cnaf en novembre 2021 en qualité de Directeur général, Nicolas Grivel a présidé ce mercredi 15 mars son premier COMEX de l’Ucanss. Retour à cette occasion sur sa vision de l’Ucanss, du COMEX et des priorités pour les années à venir.

Nicolas Grivel, bonjour, vous avez été récemment nommé Président du Comité exécutif de l’Ucanss après deux mandats successifs de Renaud Villard. Quelles sont vos 1ères impressions ?

En premier lieu, je tiens à saluer le travail mené pendant près de 6 ans par Renaud Villard, pour continuer à renforcer notre représentation interbranche, via le développement des missions portées par notre fédération qu’est l’Ucanss, avec un souci permanent d’écoute et de concertation. Je suis très enthousiaste à l’idée de poursuivre dans cette voie aux côtés d’Isabelle Bertin et de continuer à faire de l’Ucanss une organisation qui porte toujours plus haut la voix de notre institution, au plus près des besoins des employeurs locaux.

 

Comment voyez-vous le rôle de l’Ucanss ?

Le rôle de l’Ucanss est essentiel dans sa représentation des acteurs de la Sécurité sociale au niveau national et sa proposition d’une offre de services mutualisée et efficace pour la conduite de leurs activités. Aux missions historiques (dialogue social, conseil juridique, politiques RH, opérations immobilières, politiques d'achat…), l'Ucanss a su adjoindre et mobiliser de nouvelles expertises pour répondre toujours mieux et efficacement aux besoins des caisses de Sécurité sociale dans le dialogue et la proximité. Elle l’a montré récemment par exemple à travers les démarches proposées cet hiver en matière de sensibilisation et de formation aux questions énergétiques. Je crois que les réseaux ont été contents de s’appuyer sur cet accompagnement de qualité, livré au moment où tout le monde en avait besoin. 

 

Quel regard portez-vous sur le COMEX ?

L’une de nos principales missions concerne les protocoles d’accords nationaux puisque le COMEX propose au COR le programme de négociation de l’Ucanss et définit les mandats donnés à la Directrice de l'Ucanss pour les négocier, les conclure et les signer. L’atout du Comex de l’Ucanss est également d’y voir représentés des Directeurs de caisses locales issus de toutes les branches. Cela permet d’avoir des points de vue différents, qui enrichissent ainsi les propositions relatives au programme de négociation, aux mandats et plus largement tous les projets portés devant l'instance. Avec toujours un regard local qui nous permet de répondre au mieux aux besoins « du terrain ». Sur le volet du dialogue social, ce qui nous attend en 2023, c’est la préparation de la négociation relative à nos classifications d’emploi. Ces travaux doivent permettre de mieux recruter et fidéliser nos collaborateurs. C’est un chantier prioritaire.

 

Comment voyez-vous l’Ucanss dans 5 ans ?

Dans 5 ans, je vois une Ucanss enrichie et totalement tournée vers les priorités des Caisses nationales et des organismes locaux : la transformation RH, le soutien à la fonction dirigeante et managériale, la performance de gestion, la Responsabilité Sociétale des Organisations et bien sûr l’innovation. Ce sont les 5 ambitions prioritaires qui ont été définies pour structurer l’activité et l’offre de services de l’Ucanss pour les 5 années de sa COG. 

 

Quelle est votre vision en matière de ressources humaines ?

Ce que je connaissais de la Sécurité sociale et ce que je vois au quotidien depuis mon arrivée à la Cnaf me confirme qu’elle n’a pas à rougir de ce qu’elle propose à ses salariés, en matière de conditions conventionnelles, de télétravail, de conciliation vie privée-vie professionnelle, de culture managériale, etc. Je dirais même qu’elle est en avance sur de nombreux secteurs d’activité. Soyons en fiers, faisons-le savoir et amplifions nos efforts pour garder ce coup d’avance ! 

 

Comment voyez-vous évoluer ce monde des RH ? 

Les organisations ont connu de grands bouleversements ces dernières années, notamment dans un contexte de crise sanitaire et de développement massif du télétravail. La relation au travail, la relation à l’autre, les façons d’échanger et de communiquer… tout a été remis en question brutalement. C’est l’opportunité d’une forme d’épanouissement individuel, c’est le risque aussi d’un délitement du collectif et du lien social. Les collaborateurs sont de plus en plus en quête de sens au travail. Ils ont besoin d’adhérer aux valeurs de leur entreprise et d’être reconnus. Pour fidéliser nos collaborateurs et attirer de nouveaux talents, nous devrons valoriser les atouts qui sont les nôtres : nos valeurs de solidarité, notre mission au service des Français, mais également les perspectives de carrière et de formation que nous offrons. Pour faire connaitre ces atouts, je suis tout à fait convaincu de l’intérêt de l’ambitieuse politique de marque employeur autour du programme Attirer-Recruter-Fidéliser, inscrite dans la COG de l’Ucanss. En 2023, la priorité sera donnée à la refonte de notre outil de recrutement n°1, La Sécu recrute, au développement d’une ambitieuse campagne en faveur de l’alternance et d’un temps fort évènementiel interbranche mobilisant en octobre toutes les caisses pour faire découvrir les métiers de la Sécurité sociale. L’Ucanss est également pleinement mobilisée sur le sujet de l’appui à la fonction managériale, qui me semble tout à fait opportun pour accompagner les 22 000 managers de l’institution dans ce « nouveau monde ». 

 

Si vous aviez un axe plus personnel à porter sur ces enjeux RH, quel serait-il ? 

Tout au long de mon parcours professionnel j’ai toujours eu à cœur de travailler en confiance avec les partenaires sociaux, car je suis convaincu de la richesse du dialogue social. Ce dialogue social, je l’imagine constructif, et surtout réactif, pour trouver des solutions rapides aux questions rencontrées par nos salariés et nos organisations. Les défis face à nous sont nombreux, nous avons la responsabilité d’adapter en permanence nos règles et modes de fonctionnement. Et le dialogue social, cœur de l’activité de l’Ucanss, doit en être le moteur pour la Sécurité sociale. 

 

Sur un tout autre sujet, dans le contexte actuel, la transition énergétique est-elle une priorité pour le COMEX ?

Oui, bien sûr ! Avec ses 4,5 millions de m2 de parc immobilier et ses 145 000 collaborateurs, la Sécurité sociale porte une responsabilité forte en matière de transition énergétique et environnementale. Elle entend pleinement jouer son rôle dans l’effort collectif. En complément des actions menées dans les 300 organismes locaux de Sécurité sociale, l’Ucanss et les Caisses nationales de Sécurité sociale ont lancé un plan de sensibilisation et de formation des collaborateurs de l’Institution, parce que l’action collective et l’engagement individuel doivent aller de pair. C’est le sens de la campagne de sensibilisation ‘’Petits gestes, grands effets’’ lancée en fin d’année. Limiter nos consommations d’énergie, c’est aussi enclencher des questionnements sur nos modes d’organisation qui peuvent aboutir à faire évoluer le télétravail, à tester le flex office, à revoir l’organisation de nos locaux… bref à moderniser nos organisations, nos pratiques RH et nos usages de l’espace. Je sais l’Ucanss déjà très mobilisée sur ces sujets, je serai avec le COMEX aux côtés d’Isabelle Bertin et des équipes de l’Ucanss pour accompagner ces transitions. 

Haut de page

Ancien élève de l’ENA, et après plusieurs expériences au sein d’administrations centrales, de collectivités territoriales et de cabinets ministériels, Nicolas Grivel a dirigé pendant 7 ans l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine), avant d’être nommé Directeur général de la Cnaf le 1er novembre 2021.